Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

vacances

ACCIDENT de PEUGEOT 403

Publié le par le boulanger du 54

Une voiture moderne

Usines bombardées, outil de fabrication pillé par les Allemands, qui déménagent les machines-outils vers le Reich en décomposition, autant de dommages qui vont peser sur Peugeot au moment de la reprise. Toutefois, au cours de la Seconde Guerre mondiale, la marque a travaillé sur trois projets de véhicules destinés à renouveler sa gamme une fois la paix retrouvée : une 802 à moteur huit cylindres, une 10 CV et une petite 6 CV. Aucun n'aboutira. Ils seront abandonnés en 1944 au profit d'une nouvelle étude, appelée à devenir la 203.

Au printemps 1947, la revue L'Action Automobile révèle la première photographie de la 203 (calandre non définitive). Après qu'un voile a été levé sur la voiture au salon de la même année - sous forme de clichés remis à la presse -, la 203 est présentée pour la première fois au public à l'occasion du Salon de Paris, le 7 octobre 1948.

Commercialisée en janvier 1949, la 203 est une voiture entièrement nouvelle. A ses côtés, la Citroën Traction et la Simca 8 prennent un sacré coup de vieux ! Sans parler de la 202, qui a repris du service en 1945 et qui disparaîtra des chaînes en juillet 1949. Sa ligne américanisée et sa conception moderne valent à la 203 un succès immédiat. Economique, endurante et équipée d'un moteur increvable, la voiture acquiert de suite une excellente réputation. Il est vrai qu'elle est au point dès son introduction sur le marché, ce qui n'est pas le cas à l'époque de toutes les voitures françaises.

En 1949, Sochaux produit cent voitures par jour, un niveau insuffisant pour répondre à la demande. La pénurie d'énergie et de matières premières entraîne pour la clientèle privée de longs délais de livraison, une partie de la production étant réservée aux administrations et à l'exportation.

mes sources :   http://www.motorlegend.com/voiture-collection/peugeot-203/2,12287.html

mes sources : http://www.motorlegend.com/voiture-collection/peugeot-203/2,12287.html

Voir les commentaires

PEUGEOT 203

Publié le par le boulanger du 54

La Peugeot 203, apparue en 1948, est une automobile de tourisme développée par le constructeur français Peugeot. Rapidement disponible en plusieurs versions (cabriolet, coupé, ou utilitaires), elle commence sa carrière en 1949, alors que la France se relève de la guerre. Unique modèle commercialisé par Peugeot jusqu’en 1954, la 203 est le symbole de la renaissance de la firme de Sochaux.

Contexte et genèse

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’industrie automobile française est en ruine, à l’image de ses usines. La firme de Sochaux rêvait de pouvoir concurrencer la Citroën 15 Six, en proposant une voiture dotée d’un moteur V8, sorte de 22 CV à la mode Peugeot. Le projet 802, commencé en 1940, est finalement abandonné, car voué à l’échec en raison des restrictions et des pénuries sur le marché d’après-guerre. Il est donc décidé de partir de zéro et de proposer un projet moins ambitieux et plus réaliste. Le cahier des charges de la nouvelle Peugeot est une voiture de 10 CV, aussi puissante qu’une 11 à 14 CV d’avant-guerre, dotée d’un confort supérieur aux standards précédents. Une place prépondérante à la sécurité doit être faite avec une meilleure tenue de route et, surtout, un freinage efficace et renforcé. La précédente 402 a une mauvaise réputation en ce domaine. Dans le même temps, il est décidé de concevoir une gamme complète autour d’un seul modèle, décliné en plusieurs versions, faute de moyens. Bien des constructeurs se contentent de remettre en production, en le modernisant ou pas, un modèle existant avant la guerre. Le pari audacieux et sage de Peugeot, avec la 203, fait le bonheur de la marque et de ses fidèles.

Les premiers salons automobiles de l’après-guerre voient naître une foule de petites voitures (Panhard Dyna, Renault 4CV, Citroën 2CV, etc…). Quant à la voiture moyenne traditionnelle, il n’y a guère que la Traction Avant et la Simca 8. C’est précisément sur ce créneau que Peugeot se présente à la presse et aux concessionnaires, en octobre 1947, sa « 203 ». La présentation officielle au grand public a lieu à Paris, lors du salon de 19481.

Sa fabrication commence quelques semaines plus tard pour s’achever 12 ans après, le 26 février 1960 L’usine est organisée pour une production journalière de 300 véhicules, mais la limitation des attributions des matières premières ne permet que d’atteindre 100 unités quotidiennes, en avril 1949 On arrive à 200 véhicules/jour, au début 1950. Au total, plus de 685 000 exemplaires, toutes versions confondues, sortent des chaines de Peugeot.

mes sources :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Peugeot_203

mes sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Peugeot_203

Voir les commentaires

YVETTE !! YVETTE !!!

Publié le par le boulanger du 54

En ce début des années 50, la France d’après-guerre vit un bal musette à chaque soir d’étape du Tour, avec Yvette Horner à l’accordéon. C’est Calor, société en électroménager qui l’a choisie comme mascotte. Le succès est tel que le rôle de la rousse grandit l’année suivante. 1953, Suze jette son dévolu sur la jeune fille. Elle passe de la fin d’étape à la caravane du Tour, juchée sur le toit d’une Ford Vedette. A l’arrivée de l’étape, Yvette remet le brassard et les fleurs Suze au vainqueur de l’étape, bien avant l’heure du podium protocolaire de l’actuel Tour. Dans cette après-guerre, le succès est phénoménal, pour Suze comme pour Yvette, qui devient une véritable star en France. De la Ford Vedette, la Rousse passe à la Citroën Traction Avant et la Ford Mercury, avant la DS. Yvette sera présente du Tour de France 1952 au Tour 1963, parfois relayée par un mannequin lors de rares pauses.

L’accordéon, la Traction Avant et le Tour de France : tout était réuni pour un succès populaire.

mes sources : http://www.furymagazine.fr/article-yvette-yvette-yvette-109525089.html

mes sources : http://www.furymagazine.fr/article-yvette-yvette-yvette-109525089.html

Il y a exactement 80 ans déja , Citroën dévoilait à la presse la Traction Avant, un véhicule qui allait révolutionner le monde automobile.

De la 7a à la 15/6 H et sa suspension oléopneumatique sur l’essieu arrière qui allait se retrouver sur la DS en 1955, la Reine de la Route est devenue un véritable mythe. Berline, familiale, coupé, cabriolet, commerciale, sans oublier la fantasmatique 22 CV dotée d’un V8 que tout Citroëniste rêve de dénicher dans une grange, la Traction a fortement marqué notre mémoire collective : réquisitionnée par l’armée allemande et utilisée par la milice durant la deuxième guerre mondiale, elle fut ensuite le véhicule des FFI et devient l’un des symboles de la Résistance. citroën,traction citroën,traction citroën,traction citroën,traction citroën,traction citroën,traction

Après le conflit, elle poursuit sa carrière et fait le bonheur de la caravane du Tour de France avec Yvette Horner, juchée sur le toit d’une 15/6, jouant de l’accordéon durant des heures. Elle tire sa révérence en 1957.

source : http://en-voiture.blog.leparisien.fr/archive/2014/04/18/la-citroen-traction-a-80-ans-14911.html
source : http://en-voiture.blog.leparisien.fr/archive/2014/04/18/la-citroen-traction-a-80-ans-14911.html

source : http://en-voiture.blog.leparisien.fr/archive/2014/04/18/la-citroen-traction-a-80-ans-14911.html

Citroën Traction - Yvette Horner - 1955 -

La Citroën Traction Avant est l'une des voitures les plus innovantes jamais conçue et a été omniprésente avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Dix ans après la fin de la guerre, la France convalescente retrouve la joie de vivre.

Chaque été, le Tour de France est l'un des évènements où sport, spectacle et fête ne font qu'un. L'accordéon, instrument incontournable des bals populaires est roi, et Yvette Horner sa reine.

Aussi, quand, à l'initiative d'une marque d'apéritif, elle vient jouer sur le toit spécialement aménagé d'une Traction, sur les routes du Tour, le succès est garanti.

Les Français se reconnaissent dans cette jeune virtuose du " piano à bretelles ", et se sentent particulièrement attachés à la Traction qui fait partie du paysage national depuis 2 décennies.

mes sources : http://miniatures.pagesperso-orange.fr/Caravane/Pagecaravaneanneesavant1960.htm

mes sources : http://miniatures.pagesperso-orange.fr/Caravane/Pagecaravaneanneesavant1960.htm

Voir les commentaires

VOLKSWAGEN

Publié le par le boulanger du 54

Des pubs Volkswagen a foison sur :::

http://blog.gaborit-d.com/50-vieilles-publicites-volkswagen-combi-coccinelle/

VOLKSWAGEN

Les débuts

Les origines de la marque se retrouvent dans l’Allemagne nazie des années 1930 avec le projet de construire la voiture populaire qu’allait devenir la Coccinelle (officiellement désignée "type1", appelée Käfer en Allemagne).

Avant de désigner une société automobile, le mot Volkswagen désigne le modèle de véhicule qui allait faire le succès de l’entreprise - dans un contexte de mono-industrie qui allait d’ailleurs lui causer des difficultés dans les années 1970.

Avant la guerre, le désir d’Hitler est que chacun puisse s’offrir une voiture, car l’Allemagne vient de se doter d’un large réseau d’autoroutes qui restent désertes. L’ingénieur Ferdinand Porsche 4, voyant dans ce projet l’occasion de réaliser son plus vieux rêve : fabriquer un modèle de voiture populaire, lui fit une proposition en ce sens, inspirée des modèles avant-gardistes Tatra de Hans Ledwinka.

Les prototypes de ce véhicule appelé provisoirement KdF-Wagen 5, apparaissent en 1936 . La voiture ainsi sortie d’usine avait déjà sa forme ronde spécifique et son architecture du tout à l’arrière : boîte-pont et moteur 4 cylindres à plat refroidi par air monté en porte-à-faux arrière, ainsi que des suspensions à barres de torsion.

Le projet tel que le voulait Hitler s’accompagnait d’une formule de financement révolutionnaire basée sur la constitution d’une épargne par achat de timbres dans les bureaux de l'organisation KdF. Erwin Komenda, l’ingénieur en chef de Porsche a développé la carrosserie du prototype qui est devenue celle de la Coccinelle telle qu’on la connaît aujourd’hui.

La nouvelle usine dans la nouvelle ville de KdF-Stadt, aujourd’hui appelée Wolfsburg du nom du château sur les terres duquel elle fut construite, bâtie pour loger les ouvriers de l’usine, avait seulement produit une poignée de véhicules quand la Seconde Guerre mondiale débuta en 1939.

Les premières versions ont ainsi été des véhicules militaires, le Kübelwagen, équivalent de la jeep américaine, le Schwimmwagen amphibie et le Kommandeurwagen qui utilise la carrosserie de la voiture KdF. En 1936 Hitler renomme la société Volkswagen, la « voiture du peuple »

Mes sources :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Volkswagen

Mes sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Volkswagen

Voir les commentaires

LA 2CV

Publié le par le boulanger du 54

Véhicule utilitaire très populaire, la 2CV Camionnette est rapidement mise au service des commerçants. Des administrations et plusieurs sociétés françaises font l’acquisition de flottes de 2CV AU, à commencer par les Postes qui dès 1949 n’hésitent pas à choisir la 2CV camionnette comme véhicule de fonction. Cette fourgonnette type AU est lancée en Mars 1951. Sur la même base que la 2CV Type A, elle en possède exactement les mêmes caractéristiques mécaniques. Elle disparaîtra avec l’apparition du Type AZU.

Continuez a lire son histoire sur : http://2cv-legende.com/2cv-series-speciales/2cv-au

LA 2CV

Voir les commentaires

PEUGEOT 403

Publié le par le boulanger du 54

La Peugeot 403 est une automobile de la marque Peugeot produite entre 1955 et 1966 en plusieurs versions : berline, cabriolet, break, fourgonnette et camionnette bâchée (ou pick-up).

Historique

La 403 (8 CV) a été présentée pour la première fois le 20 avril 1955 au palais de Chaillot au Trocadero à Paris. Il s'agissait d'une berline à toit ouvrant. À l'époque, le capot était orné d'un lion chromé, symbole de la marque, un accessoire retiré au salon de 1958 car considéré comme dangereux en cas de choc avec un piéton ou un cycliste. C'est au salon 1957 que fut présentée par le constructeur Peugeot la première automobile 403 berline N4Y à sécurité passive. Peugeot supprimait le lion du capot, offert à l'acheteur toutefois, et remplacé par une petite baguette chromée (pour 1959 montage d'une grande baguette chromée). Plus tard, en 1957, les flèches arrière seront remplacées par des clignotants, les codes européens apparaîtront et les essuie-glaces deviendront parallèles en 1958.

Le cabriolet est apparu en août 1956. Il sera construit à 2 043 exemplaires jusqu'à la fin 1960. En septembre 1956, naissance de la familiale et de la commerciale, puis le mois suivant de la camionnette bâchée. En octobre 1959 est commercialisée une version diesel à moteur Indenor, ce qui fera de la 403 la première voiture française diesel de série. Ce même moteur équipera aussi d'autres marques comme Austin, VauxhallSingapour) et des Jeep Willys (en Corée). Cette même année apparaît la version dépouillée à moteur 7 CV de la 203, pas de ventilateur de chauffage, pas de neiman, enjoliveurs de 203, calandre simplifiée sans la moustache, banquette à l'avant, volant de la 203, poignées et manivelle en plastique et pas de déflecteur aux portes avant. 1959 est la seule année où il n'y a aucune inscription sur la malle arrière.

En 1962, la calandre de la 8 CV est composée des mêmes barrettes verticales que celle de la 404

Il a été produit 1 214 126 exemplaires de la Peugeot 403. Sa construction a été arrêtée en novembre 1966, le dernier exemplaire étant une 8 CV de couleur crème.

En 1959, une 403 berline Grand Luxe valait 825 000 francs ; un cabriolet, 1 370 000 francs (prix en ancien francs).

MES SOURCES :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Peugeot_403

MES SOURCES : http://fr.wikipedia.org/wiki/Peugeot_403

À la télévision et au cinéma Le premier épisode des aventures du lieutenant Columbo, joué par Peter Falk, a été diffusé en février 1968 sur la chaîne NBC. Le policier, qui deviendra célèbre aux yeux du public américain en partie grâce à son étrange voiture, roulait dans un cabriolet gris modèle 1960 immatriculé « California 044 APD ». Cette 403, qui a servi dans la première série d'épisodes, aurait été repérée dans les garages du studio de cinéma par l’acteur lui-même, et choisie par ses soins pour les besoins du tournage. Un tel véhicule était particulièrement exotique et en vogue aux yeux du public américain à qui était destinée cette série. Pour les saisons ultérieures, Peugeot a refusé de fournir un véhicule aux producteurs de la série en remplacement de leur mythique 403, car la société française avait peur de ternir son image de marque. Il faut savoir que la production avait dans l’idée de rendre le nouveau véhicule dans le même état que l’antique 403. C’est Peter Falk lui-même qui a jeté son dévolu sur la mythique Peugeot 403, aucun des modèles proposés initialement par la production ne l’ayant séduit. Pour la petite histoire, et selon d'autres sources, Peter Falk aurait choisi la Peugeot 403 en rencontrant par hasard l’acteur français Roger Pierre qui était alors en voyage aux États-Unis au volant de sa voiture personnelle. Peter Falk eut aussitôt le coup de foudre pour cette voiture, et tint à ce que le producteur de la série la rachète aussitôt à Roger Pierre, qui rentra en France sans sa voiture (cette information a été donnée un peu plus tard par Roger Pierre lui-même lors d’une émission TV) La firme Peugeot a bien vendu des 403 sur le sol américain mais n’a apparemment jamais vendu de 403 cabriolets aux États-Unis, et ne s’explique pas de son côté comment le véhicule initial est arrivée sur le tournage de cette série1. Ce n’est pas une mais au moins trois ou quatre 403 cabriolet qui ont été utilisées au cours de la vie du feuilleton Columbo. Elle est apparue pour la première fois en 1971 dans l'épisode Le Livre Témoin. Elle était immatriculée 044 APD, mais devient par la suite 448 DBZ. La première 403 était un vrai cabriolet, alors qu’une partie au moins des deux ou trois autres étaient des berlines et furent « recarrossées » pour les besoins de la série. Au cinéma proprement dit, la 403 est aussi présente dans un grand nombre de films — surtout français — des années 1960 à 1970. Coup de cœur particulier pour À bout de souffle de Jean-Luc Godard en 1960 avec Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo où un exemplaire a un tout petit rôle de figuration ; un autre également (cabriolet gris) dans le film Le Magnifique de Philippe de Broca; sans oublier le mythique film algérien Les Vacances de l'inspecteur Tahar avec Hadj Abderrahmane et Yahia Benmabrouk. À noter que pour La Sirène du Mississipi de François Truffaut avec encore Jean Paul Belmondo, tourné à l'île de La Réunion, la voiture propriété de la sœur de l'assistant local de Truffaut circulerait encore sur l'ile.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4